Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse print Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse

Que sa miséricorde donc agisse dans nos cœurs

Nous étions mortels, accablés du poids de nos péchés, chargés des châtiments mérités par nous. La vie de chacun ne commence-t-elle point par la souffrance? Pourquoi chercher des tireurs d’horoscopes ? Questionne l’enfant qui vient au monde, comprends ses pleurs. Eh bien ! la terre entière portait ainsi la colère de Dieu ; mais tout à coup quel éclair de bonté ! « La Vérité s’est élevée de terre » . Celui qui a tout créé, vient d’être créé aussi. Il a fait le jour, il est mis au jour. Le Christ Notre-Seigneur est de toute éternité sans commencement dans le sein de son Père ; il a maintenant son jour de naissance. Au commencement était le Verbe ; si ce Verbe n’avait passé par une génération humaine, jamais nous ne parviendrions à être divinement régénérés ; il est donc né pour nous faire renaître. Le Christ est né, comment hésiter de renaître ? Il a été engendré, mais sans aucun besoin d’être régénéré. Eh ! qui a besoin d’être régénéré, sinon celui qui est condamné dans sa génération même ? Que sa miséricorde donc agisse dans nos cœurs. Sa mère l’a porté dans son sein ; portons-le dans nos âmes. On a vu une Vierge enceinte du Christ incarné ; remplissons nos cœurs de la foi du Christ. Une Vierge a enfanté le Sauveur; que notre âme à son tour enfante le salut, enfantons aussi la louange ; ne soyons point stériles et que pour Dieu nos âmes soient fécondes.       Saint Augustin, Sermon CLXXXIX, 3