Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse print Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse

Quelques dates d’histoire canoniale

  • Ier siècle à Jérusalem : « la vie apostolique »remise du bréviaire – Vita apostolica – dont parlent les Actes des Apôtres (cf. Ac 2, 42-47 et Ac 4, 32-33), vie commune, pauvre, contemplative et missionnaire, est le grand modèle de la vie canoniale.
  • Vers 397 : Saint Augustin écrit la Règle que suivront les chanoines. Jusqu’au XIe siècle, la « vie canoniale » est la norme recommandée par les Papes, les Evêques et les conciles, pour le clergé.
  • VIIIe-XIème : les chanoines réguliers se distinguent plus nettement des moines (par le sacerdoce et l’apostolat) et des prêtres séculiers (par la pauvreté et la vie commune). La « réforme grégorienne » s’appuiera beaucoup sur les chanoines réguliers pour réformer le clergé et les chapitres collégiaux, ainsi que pour l’apostolat.
  • XIIème : l’aube de la chrétienté, le siècle des chanoines : Les fondations canoniales se multiplient (Saint-Ruf, Arrouaise, Saint-Victor, Prémontré…). Les vocations affluent dans les 2500 maisons dont l’Ordre canonial couvre la chrétienté naissante. L’influence spirituelle et sociale des chanoines est considérable.
  • XVème : Thomas a Kempis, chanoine régulier de Windesheim, est l’auteur très probable de Autour d'un chanoine de Prémontrél’Imitation de Jésus-Christ, le livre le plus lu et traduit après la Bible.
  • XVIIème : Saint Pierre Fourier, la Bienheureuse Alix Le Clerc, le Bienheureux Alain de Solminihac et le Cardinal de la Rochefoucauld fondent quatre congrégations canoniales en France.
  • 1789 : la France compte plus de 200 abbayes de chanoines réguliers et des milliers de collégiales desservant d’innombrables paroisses.
  • XXème : Plusieurs congrégations canoniales naissent ou renaissent en France.